Full text: Précis des leçons d'architecture données à l'Ecole Polytechnique (premier volume) (1)

INTRODUCTION. 5 
banes que les hommes ont élevées , et les proportions 
du corps humain. Or les ordres d’architecture inventés 
par les Grecs, imités par les Romains , et adoptés par la 
plupart des nations de l’Europe , étant une imitation du 
corps humain et de la cabane , font par conséquent l’es- 
sence de l’architecture. D’où 1l suit que la beauté des dé- 
corations formée par les ordres est telle, qu’en aucune 
manière , on ne doit regarder à la dépense dans laquelle 
entraîne nécessairement la décoration. 
Mais on ne peut décorer sans argent ; et par consé- Examen de 
quent, plus on décore, plus on dépense. Il est donc na- °* idées. 
türel d’examiner s’il est vrai que la décoration architec- 
tonique , telle que les architectes la conçoivent, procure 
tout le plaisir que l’on s’en promet ; du moins, si le plaisir 
qu’elle fait compense les frais qu’elle occasionne. 
Pour que l’architecture puisse plaire en imitant ; il 
faut qu’à l'exemple des autres arts, elle imite la nature. 
Voyons si la première cabane que l’homme a faite est 
un objet naturel ; si le corps humain peut servir de mo- 
dèle aux ordres ; voyons enfin si les ordres sont une imi- 
tation et de la cabane et du corps humain. 
Prenons d’abord une idée de cette cabane et de ces 
5. . , . : «_ Description 
ordres. Voici comment Laugier s'exprime au sujet de là de la cabane 
cabane : « Considérons , dit-il , l'homme dans sa première P* L"gier 
» origine, sans autre secours , sans autre guide que l’ins- 
» tinct naturel de ses besoins. Il lui faut un lieu de repos. 
» Au bord d’un tranquille ruisseau, il apperçoit un gazon ; 
» sa verdure naissante plaît à ses yeux ; son tendre duvet 
» l'invite ; il vient ; et mollement étendu sur ce tapis 
» émaillé, il ne songe qu’à jouir en paix des dons de la 
» nature ; rien ne lui manque ; il ne désire rien : mais 
» bientôt, l’ardeur du soleil qui le brûle , l’oblige à cher-
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.